Rencontre avec :

Christophe Le GOFF
St Pierre la cour (53)
Eleveur depuis 1998
Suffixe d'élevage : VALSORA (depuis la génération B)
2 Poulinières
Olga de baudrairie et Etoile d'airan


Jean-Pierre DUMONT
Manche
Eleveur depuis 25 ans
Suffixe d'élevage : JIPES
1 poulinière et 1 en pension

Comment êtes vous devenu éleveur ?


CLG : Je suis Mayennais et dans ma jeunesse j'allais aux courses puis on m'a mis le pied à l'étrier et depuis ce temps cela me passionne.

Que recherchez vous chez une poulinière ?

CLG : Une bonne lignée maternelle, dans laquelle toutes les mères ont produit des trotteurs. S'agissant du papier, je sélectionne des poulinières avec des courants de sang Français et avec du modèle (large et haute), pour compenser le fait que les étalons sont, eux, majoritairement américanisés.
 
 
JPD : Le modèle, l'origine maternelle, les courants de sang qui me plaisent (subjectif). D'ailleurs mes goûts ont changé par rapport à mes dénuts.
 
Comment faites vous votre sélection d'étalon pour vos croisements. Avez vous une "méthode" ?

CLG : Auparavant le montant de la saillie était un critère prépondérant. Dorénavant je recherche peu d'inbreeding (4x4 maxi) et 2% de consanguinité maximum sur la base des données des Haras Nationaux. Je m'appuie sur l'historique de mes poulinières pour améliorer d'année en année les aptitudes physiques et mentales en modifiant les croisements. Je sélectionne des étalons Francais pour leur longévité et leur dureté, et le sang Américain pour la précocité et la vitesse. Dans une fratrie je tente de trouver un équilibre et de l'amélioration d'un produit au suivant. Aujourd'hui je me suis autorisé une saillie d'Otello Pierji parce que j'ai eu des gains qui me l'on permis.
JPD : Prix de saillie, performances de l'étalon, modèle, allures, pedigree

Recherchez vous certains courants de sang ?

JPD : Oui, j'adapte les courants de sang de l'étalon en fonction de l'origine et du mental des mes poulinières.

Vous interdisez vous certains croisements ou certains étalons et pourquoi ?
 
CLG : Oui par rapport à mon budget.

JPD : J'exlue certains modèles, des étalons ayant eu des problèmes d'allures récurrents, chevaux de pistes plates de tenue extrême, chevaux venus à l'âge.

 
Le meilleur croisement que vous ayez fait, l'avez vous effectué plusieurs fois ? Si oui, a-t-il fonctionné ? Si vous ne l'avez pas refait, pourquoi ?

CLG : Je ne l'ai pas refait car c'était un croisement très "Français", or l'évolution des temps de qualification nous oblige à amener plus de vitesse que de tenue, donc du sang Américain. Je ne pense pas refaire plusieurs fois le même croisement, sauf plusieurs années après, au vu des résultats obtenus.

JPD : Bon conseil x Cybèle des Jipes. Je n'ai pas refait ce croisement, car je ne crois pas possible d'obtenir 2 fois un aussi bon résultat.

Votre meilleur souvenir ou réussite en tant qu'éleveur

CLG : Ma première victoire assez extraordinaire avec une "N" et ma 3ème place à vincennes, car à mon niveau d'élevage c'est exceptionnel.

JPD : La carrière de course de Cybèle des Jipes.
 
Votre pire souvenir, échec ou regret

CLG : Avoir acheté une part d'étalon qui est mort l'année suivante.

JPD : La mort d'une pouliche de 18 mois, la plus belle que j'ai fait naître, avec Parlyse ma première jument.

Comment voyez vous votre élevage dans les prochaines années ?

CLG : Je pense que la sélection vers le haut est trop importante et j'ai peur que les petits éleveurs disparaissent petit à petit au profit des grosses écuries d'élite.

JPD : Je pense faire mes derniers poulains, et vendre mon élevage avant 10 ans.

Que pensez vous des règles d'éligibilité des poulinières?

CLG : Je suis contre. J'estime que chacun a le droit de rêver au succès même sans posséder une poulinière réputée. Il y a plein d'exemples de juments n'ayant jamais trotté et ayant produit des cracks. Exemple la mère de Quaker Jet n'est pas qualifiée. Celles de Royal Dream ou encore d'Orlando Vici non plus.

JPD : J'y suis complètement opposé.

Faites vous des produits pour vous ou pour les vendre ?

CLG : Je fais des produits essentiellement pour les exploiter et éventuellement poursiuvre mon élevage, si la pouliche est bonne. Cependant je n'ai pas d'état d'âme à garder ou pas un produit de mes poulinières.

Pour étudier vos croisements pratiquez vous comme avant ou avez vous modifié votre réflexion ?

CLG : J'ai modifié mon approche, j'ai appris sur le tas et je pense qu'il y a beaucoup de choses à faire par exemple concernant l'alimentation, la manipulation, etc.



 
Créé avec Créer un site
Créer un site